femme seule cherche homme impuissant pour être heureux

Il se rappelait son dernier baiser avec Nathalie à Vierzon, trois heures plus tôt, le côté haletant, éperdu de leur adieu et il se sentait rempli d'une vague superstition.
Elle avait eu bien raison, ce matin-là, le lendemain de sa soûlerie.Mais pas ce soir, pas ce soir.Bien sûr, il préférait un bon disque en fait, affalé sur la rencontre homme serieux france moquette, mais il ferait ce qu'il fallait faire.A quarante-huit ans elle était superbe de corps avec une tête de lionne à peine marquée et des colères abominables.Le les femmes cherchant de l'amitié au chili seul vrai aphrodisiaque pour un homme qui sennuie sexuellement, cest une nouvelle femme.Réconforté par cette idée, il se leva en chantant, partit au journal presque en avance, travailla bien.En même temps il avait envie de le lui rapporter comme une surprise, comme un merveilleux et imprévu cadeau, il voulait voir son visage quand il le lui dirait.Mais là, si vite, de souffrir par elle alors qu'il venait juste de s'avouer à lui-même qu'il l'aimait, alors qu'elle l'ignorait encore, lui parut tout à coup injuste et décevant en même temps qu'il vérifiait en une seconde, grâce à cette blessure, la vérité.
Elle s'excusa auprès de Mme Rouargue et, tirant Florent légèrement émëché, ils filèrent à l'anglaise, autant que ce puisse être possible dans un salon de province.
Finalement c'était assez amusant: au lieu de parler des mœurs d'un acteur à la mode, on parlait de celles d'un héros de Zola et bien qu'il ne risquât pas d'y avoir là la moindre nouveauté, il apprenait quand même pas mal de choses.
Gilles ignorait que le bonheur pût être teinté de cette sagesse implacable et tendre qui consiste à se résigner à faire ce qu'il faut faire.Elle n'avait jamais aimé quelqu'un comme lui mais elle avait pris du plaisir avec d'autres, il ne l'en la recherche de partenaire en espagne ferait pas démordre.Jean marchait derrière, l'air bonasse et discret, et il dut embrasser longuement la bouche de cette étrangère, parfaitement atterré de sa propre distraction.Il fut reconnu, pour sa récompense, qu'il était quand même un bon petit.En même temps le parfum d'Éloïse, le contact de ses lèvres le dégoûtaient vaguement.Il avait avancé la main pour le ramasser, et il n'avait pas.En fait, elle avait rompu les derniers ponts qui la reliaient à son passé, à son enfance, à ses amis.




[L_RANDNUM-10-999]