rencontre femme kurde

Développer lenseignement de la langue kurde, ouvrir des rencontres féministes evry 2012 espaces réservés aux femmes et les impliquer dans la coordination de la vie au camp sont autant de manières de faire vivre les idéaux pour lesquels on se bat à Kobanê.
Comme nous lont expliqué les responsables de lAcadémie lors de notre rencontre : «Nous voulons désormais nous libérer des réflexions étatiques et de la mentalité masculine, nous voulons retisser un lien avec notre histoire afin de connaître notre identité en tant que femmes».
Un job d'instinct, de patience, de débrouillardise et de précision.
Ce travail politique repose nécessairement sur une organisation indépendante des femmes par rapport aux hommes, à lÉtat turc et à lEurope, bailleur de fonds de nombreuses organisations en Turquie.Elle organise des discussions, des lectures et des rencontres entre femmes afin dintensifier la solidarité entre elles.Elle explique : «Les femmes dans le mouvement ovs on va sortir site de rencontres amicales dans votre ville kurde avaient déjà acquis un rôle propre.Sakine Cansz, figure mythique du mouvement des femmes, qui a été assassinée à Paris en 2013.«Chez nous, on n'aime pas donner la liberté aux femmes, on ne veut pas accepter qu'elles commandent les hommes dit sa soeur, sans dissimuler son dépit de n'avoir pu suivre son exemple.Selon Aye Gökkan (ancienne mairesse.Imaginons que nous fondions ce genre de centres les Académies des Femmes dans tous les pays et dans tous les quartiers : alors nous naurons plus besoin des télévisions, des médias et des universités».Cest aussi très localement que les femmes sorganisent.Elle nous raconte la répression quelle subit depuis plusieurs mois et son passage en prison.
Les hommes connaissent la force du mouvement et font attention.
Cest lidée que si une femme dans le monde nest pas libre, aucune femme ne peut se sentir libre.
Nous nous organisons parce que nous refusons dêtre esclavagisées, parce que nous voulons mettre en valeur notre force dinitiative et utiliser celle-ci dans lintérêt de la société.».Voici les principales structures du mouvement des Femmes Libres du Bakur dont nous avons connaissance.Elle pouvait aussi guetter pendant des heures, cachée derrière la fenêtre d'un immeuble ou tapie dans les branches d'un arbre, un adversaire invisible.Cet esprit de lutte acharnée, à tous les niveaux, ne baissant jamais les bras devant les pires difficultés, se tenant coude à coude les unes avec les autres, et se donnant de la force pour continuer à résister comme lont fait tant dautres avant elles.(1) À lire aussi La Victoire ou la Mort, Pascale Bourgaux et Saïd Mahmoud, Éditions Fayard.Par exemple, elles disent : «mouvement de femme comme nous pourrions dire «lutte de classe» ou «révolte de quartier» ce qui est proche de «mouvement féminin mais elles ne parlent ni de «mouvement des femmes» ni de «mouvement de la femme».Lélaboration de ce savoir est en même temps un combat contre lhégémonie de la pensée occidentale : «Les institutions scientifiques reconnues au niveau mondial sont souvent présentées comme issues de racines européennes.Pour comprendre le mouvement des Femmes Libres, il faut faire un bond en arrière de quarante ans car cest dans la contestation étudiante et ouvrière de la fin des années 70 en Turquie quon peut y trouver les racines.Le scientisme grossier se base sur la reproduction constante de la mentalité masculine dominante.


[L_RANDNUM-10-999]