rencontrer la famille de mon copain

On découvre aussi doù vient le copain : ses parents sont-ils de gros beaufs ou des bobos?
Mais toujours sous tension.
Jai eu des copains qui planquaient leurs parents comme la peste.Jai eu des 25 décembre chouettes, dans une famille que rencontres gaies gatineau jaimais bien, même si je ne leur ai pas trop dit.Proposer de faire la vaisselle (ils refuseront).Normal que la tension se fasse sentir.Tu verras, tu passeras une superbe journée.Le monde est un lieu hostile présentant un nombre hallucinant de beaux-parents.Parce que ça ferait plaisir de passer ses dimanches avec le copain plutôt que chez notre propre maman, ou parce quun événement lexige, ou parce que cest lusage quand on commence à prendre un prêt immobilier en commun échelonné sur vingt-cinq ans.J'avais exactement le meme sentiment juste avant que je rencontre les parents de mon copain Pour éviter de trop stresser j'ai amené une bouteille pour ses parents ( Apres tu peux prendre un bouquet de fleures ou autres ) Ca m'a rassuré, comme ça,.
Sera-t-on assez mignonne, intelligente, en bonne santé, pour mériter leur fils alias Le Messie?
Aurez-vous droit à la chambre du fils-prodige, intacte, avec ses peluches poussiéreuses nayant pas posé leurs yeux de plastique sur un être humain depuis dix ans?La plupart du temps.Jai eu une belle-mère catho intégriste à qui jai moyennement plu.Multiplions par environ cinq relations sérieuses par vie : DIX beaux-parents.Quand jaimais vraiment le garçon, généralement, jaimais bien les parents aussi.Le problème nest pas labsence damour.Jai eu des repas de cinq heures, allez, encore un petit cognac?Sans jamais oser tomber le masque.Jai eu des beaux-parents bourrés de fric qui embrassaient leur fils sur la bouche devant moi.


[L_RANDNUM-10-999]